cinema-droits-humains.org
Image default
Actus Cinema

“On aime montrer que tout est possible”

Notez cet article



Le 13 septembre prochain, des dizaines de naturistes visiteront – dans le plus simple appareil, mais avec un port obligatoire du masque – l’exposition en hommage à Louis de Funès. Un “clin d’œil” aux chasses aux nudistes du “Gendarme de Saint-Tropez”.

55 ans après la sortie au cinéma du Gendarme de Saint-Tropez, pas sûr que le maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot soit encore en mesure de partir à la chasse aux “cul-nuls“. Une visite naturiste de l’exposition de la Cinémathèque française consacrée à Louis de Funès se tiendra pourtant bel et bien, le dimanche 13 septembre.

On aime montrer que tout est possible, explique Laurent Luft – président de l’Association des naturistes de Paris (ANP), à l’initiative de l’événement – à France 3 Paris Île-de-France. On cherche toujours à aller plus loin, en organisant des événements dans des lieux insolites.

“A l’époque il était très difficile d’obtenir des plages libres… Mais je crois que tous les naturistes aujourd’hui en rigolent”

La visite est bien entendu un “clin d’œil” au film comique réalisé par Jean Girault, sorti sur les écrans en 1964. Au cours du long-métrage, le gendarme Cruchot incarné par de Funès participe en effet à des chasses aux nudistes, globalement inefficaces, sur les plages de la station balnéaire. Des opérations d’ailleurs inspirées par la réalité, les autorités ayant interdit le naturisme sur place.

A l’époque il était très difficile d’obtenir des plages libres, reconnaît Laurent Luft. Mais je crois que tous les naturistes aujourd’hui en rigolent.

Il note d’ailleurs que le terme “nudiste” peut d’ailleurs être mal perçu par certains naturistes : “En anglais, les mots sont synonymes, mais en français, le mot “nudiste” désigne simplement quelqu’un qui se dénude. Derrière le mot “naturiste”, il y a une philosophie et des valeurs très importantes. Il y a notamment le respect pour soi-même, pour les autres, et pour son environnement. Et l’environnement ne comprend pas uniquement la nature mais aussi là où on habite en général. Ici à Paris, on n’a pas de lacs, de montagnes ou de plages, donc on réinvente un peu le naturisme pour l’adapter à notre population.

“Les Parisiens ont un besoin particulier de naturisme, dans une ville où une sorte d’apparence, d’image, est imposée”

Laurent Luft perçoit d’ailleurs une (relative) banalisation de la nudité dans les salles obscures : “Dans les films, la nudité est trop souvent associée à un contexte sexuelle. Mais c’est vrai qu’on peut voir de plus en plus de la “simple” nudité au cinéma, sans être floutée. De la nudité au naturel. Si Romain Duris peut courir nu dans “Les Poupées russes” par exemple, certains peuvent trouver ça rigolo mais je crois que d’autres peuvent de cette façon prendre goût au fait de se libérer des vêtements. Les Parisiens ont un besoin particulier de naturisme, dans une ville où une sorte d’apparence, d’image, est imposée. Le naturisme donne l’opportunité de se débarrasser de toutes ces attentes de la société qui pèse sur nos épaules.

Pour ce qui est de la visite en septembre, le port du masque sera obligatoire : “A chaque porte de la Cinémathèque il y a du gel hydroalcoolique, et il y aura une jauge de 60 personnes par visite“, détaille le président de l’ANP, annonçant des départs à 9h (en compagnie de la presse), puis à 9h30 et à 10h.

Je trouve qu’à Paris il y a un vrai respect des règles : de nombreux habitants ont mal vécu le confinement.

Laurent Luft, président de l’ANP

Et alors que certains naturistes français ne s’enthousiasmaient pas forcément à l’idée de porter un masque, selon des témoignages recueillis par Vice en mai dernier, évoquant des valeurs de liberté, Laurent Luft se dit lui “complètement pour” : “Si on peut éviter un deuxième confinement grâce au masque… Quand notre piscine (Roger Le Gall, dans le 12e) rouvrira le lundi 7 septembre prochain, après six mois de fermeture, le port du masque sera aussi obligatoire. Je trouve qu’à Paris il y a un vrai respect des règles : de nombreux habitants ont mal vécu le confinement.

“Pour notre visite au Palais de Tokyo en mai 2018, les places étaient parties en deux heures”

Les places étant limitées, les réservations seront obligatoires. Tout se jouera donc en ligne, à partir du 26 août, à 11h. “Pour notre visite au Palais de Tokyo en mai 2018, les places étaient parties en deux heures, raconte le président de l’ANP. On a comparé ça à un concert de Madonna. On reçoit déjà beaucoup d’appels, donc ça devrait être la même chose.

L’association, créée en 1953, regroupe environ 400 adhérents. Quant à l’exposition consacrée à Louis de Funès, la visite – au-delà de l’événement naturiste – reste possible jusqu’au 31 mai 2021.
 





Source France 3

Related posts

Coronavirus. Les salles obscures attendent fébrilement le happy end de la crise

adrien

Olivia de Havilland, première femme présidente du jury au festival de Cannes, est décédée à 104 ans

adrien

Déconfinement : quand et comment les cinémas vont-ils rouvrir ?

adrien

En période de crise sanitaire, la montée en puissance du cinéma en “drive-in”

adrien

Une classe de 4ème de Vouneuil-sur-Vienne lauréate du concours “Je filme le métier qui me plait”

adrien

“On s’attend à un engouement”

adrien