cinema-droits-humains.org
Actus Cinema

What a Trip, le festival du film de voyage, est maintenu du 23 au 27 septembre

Notez cet article


Du 23 au 27 septembre, le festival du film de voyage et d’aventure de Montpellier, What a Trip, est officiellement maintenu. Une programmation en salle et en streaming dans le respect des mesures sanitaires afin de faire voyager ceux qui n’ont pas pu le faire cette année.

“Venez faire un tour au What a Trip, ça vous permettra de faire les voyages que vous n’avez pas vu faire cette année”, c’est la proposition du What a Trip festival et du Montpelliérain Laurent Ballesta, maître de cérémonie de l’édition 2020. Le festival de film de voyage et d’aventure organisé à Montpellier est officiellement maintenu et se tiendra du 23 au 27 septembre. 
 

On a la motivation d’agrandir nos espaces de liberté, et on a vu à quel point en 2020 ces espaces de liberté pouvaient être réduits. On va permettre aux spectateurs de surfer en Patagonie, de marcher en Antarctique, ou de courir sur le Kilimandjaro.

Laurent Ballesta, maître de cérémonie

Le nouveau film du photographe plongeur et réalisateur, Planète Méditerranée, sera diffusé en cérémonie de clôture du festival, dimanche 27 septembre. Kito de Pavant présentera également un documentaire sur son parcours, mercredi 23 septembre.
 

KITO, Repoussez toujours la ligne d’Horizon, un film de Skander Bouderbala diffusé le 23 septembre

KITO, Repoussez toujours la ligne d’Horizon, un film de Skander Bouderbala diffusé le 23 septembre

© Skander Bouderbala

La programmation comprend 21 films, dont 12 en compétition. Les prix sont décernés par le jury présidé par Carolina De Salvo, présentatrice de l’émission Faut pas rêver sur France 3, mais aussi par les festivaliers.


En salle, en streaming et en replay

90% de la programmation du festival a pu être sauvegardée, selon son président Romain Tarusson. Seuls les concerts ont été annulés.
 

On a dû retirer la scène de concert, faire des sacrifices financiers… Mais on ne voulait rien lâcher pour nos 180 bénévoles, pour les partenaires, les aventuriers et les réalisateurs qui s’étaient engagés sur leur film. On a finalement pu avoir l’aval de la préfecture qui a validé notre organisation.

Romain Tarusson, président du festival What a Trip

L’année dernière, le festival a accueilli 43.000 visiteurs sur ses différents sites. Les organisateurs attendent une fréquentation trois à quatre fois inférieure en 2020. Le “village du voyage” sera limité à 1300 personnes. Il abritera des expositions photos et des animations au sujet de la préservation de l’environnement sur l’esplanade Charles de Gaulle. Le festival se déroulera en “3 en 1”. Dans les salles, en streaming, et en replay.
 

Pour son documentaire, Laurent Ballesta a passé 28 jours à 120 mètres sous la surface de la mer

Pour son documentaire, Laurent Ballesta a passé 28 jours à 120 mètres sous la surface de la mer

© Laurent Ballesta

Outre les traditionnelles projections et rencontres en réel, au sein de la salle Rabelais et de l’auditorium du musée Fabre, il sera également possible de visionner les films et les séances de questions/réponses en direct et en streaming sur le site internet du festival. 

Les organisateurs recommandent aux spectateurs de pré-réserver leur place en ligne en raison de la jauge limitée d’environ 160 personnes dans les salles de projection.

En effet, les spectateurs devraient être séparés par deux sièges vides. Les billets pour voir la projection en ligne sont également moins cher : 7€ pour la séance, et 2,50€ pour le streaming. Le replay des films sera disponible entre le 23 et le 30 septembre. 

 



Source France 3

D'autres articles

Des Looney Tunes à « Autant en emporte le vent » : HBO Max ou le marketing de la censure

adrien

une réouverture plutôt encourageante pour le cinéma Katorza à Nantes

adrien

Nantes : le Cinématographe s’installera à la place du restaurant Hippopotamus allée des Tanneurs

adrien

“j’adore les légendes bretonnes, j’y crois beaucoup”

adrien

Coronavirus. Les salles obscures attendent fébrilement le happy end de la crise

adrien

Après le confinement, le cinéma tente des expériences de projection en “drive-in”

adrien